Le Centre de Production de Véhicules Militaires de Limoges fête ses 80 ans

80e_anniversaire_du_site_de_limoges
Usine |

Le Centre de Production de Véhicules Militaires de Limoges fête ses 80 ans

Fondée en 1939, l’usine ARQUUS de Limoges fête aujourd’hui ses 80 ans. Site historique, le centre de production de véhicules militaires de Limoges aura vu l’évolution du paysage industriel de Défense français et la transformation des techniques industrielles. De l’Arsenal de 1939 au site ARQUUS de 2019, le site de Limoges a traversé avec constance les époques et les phases, que ce soit sous l’ère RVI, SAVIEM, Renault Trucks puis Renault Trucks Defense, ou maintenant ARQUUS. Il a toujours répondu présent aux demandes des armées en fonction des marchés.

Au cours de ces 80 années, l’usine aura toujours été un acteur majeur de la vie économique de Limoges et un acteur essentiel de la Défense terrestre française. Dans le cadre de la montée en puissance de l’industrie d’armement française à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, et dans le but de résorber le fort chômage qui régnait alors à Limoges, les Ateliers de Réparations de l’Armée de l’Air décident d’implanter trois ateliers stratégiques à LIMOGES, dont l’atelier de la route du Palais. Sur ce site de 36 hectares s’installent les premiers ateliers, les bancs d’essais, ainsi que les bureaux administratifs. Le site atteint les 3.000 salariés en 1940.

L’activité industrielle du site débute ainsi avec la rénovation et la fabrication de moteurs d’avions militaires. L’usine fabrique des pièces de rechange nécessaires à la rénovation, ainsi que des moteurs neufs comme le moteur Hispano.

Le 9 février 1944, l’usine est bombardée par la Royal Air Force. L’Histoire raconte que l’escadron du Capitaine Cheshire prend soin de survoler le site à plusieurs reprises avant le bombardement afin de permettre à l’ensemble des ouvrières de se mettre à l’abri. Seuls cinq blessés seront à déplorer, alors que l’usine est presque rasée et doit cesser toute production.

En 1946, la Direction des Etudes et de la Fabrications de l’Armement va entamer la reconstruction du site. L’activité moteurs d’avion est arrêtée et l’usine s’oriente vers de la rénovation de véhicules tels que le Dodge dont est alors dotée l’armée française. L’usine se voit alors confier une mission de réparation et de maintenance du parc roulant de l’armée française, avec la fabrication de pièces neuves et d’organes, ainsi que la réparation de matériel. La réussite du programme DODGE avec 1704 véhicules rénovés sera suivie de celui du GMC, qui se terminera en 1965.

Des performances accrues dans l'après-guerre

C’est alors que le Bureau d’Etudes de l’usine va prendre de l’ampleur afin de pallier l’absence de pièces d’origine. La performance industrielle du site de Limoges en fait un interlocuteur privilégié de l’Armée : entre 1951 et 1955 Limoges prend en charge la fabrication de 2800 Boites de Vitesses et la rénovation de 1400 moteurs parmi lesquels le moteur du char AMX 13. Sont alors confiés à l’usine des programmes majeurs comme le moteur HS 110 qui équipera le char AMX 30. Ce seront près de 2400 moteurs neufs qui seront fabriqués.

SAVIEM commence alors à transférer les activités mécaniques des usines de Suresnes et de Saint-Ouen sur le site de Limoges et diversifie ainsi ses activités. L’usine fabrique des boites de vitesses, des essieux, des ponts pour les bus SAVIEM, la chaine cinématique du moteur MAN, et le nouveau moteur 6 cylindres de SAVIEM.

En 1974, SAVIEM obtient le marché du VAB. L’usine de Limoges fabrique la chaîne cinématique du véhicule et l’ensemble des pièces est usiné sur place. Plus de 5.000 VAB sont ainsi produits pour plusieurs armées dans le monde, à commencer par l’Armée de Terre.

L’activité du bureau d’études de Limoges va alors se développer avec le moteur HS 110 et une gamme de moteurs militarisés dérivés des moteurs civils. Le développement des moteurs Renault VI 6 cylindres de fait à Limoges ainsi que le moteur MACK, moteur V8 dont le développement ultime sera réalisé en 1998.

La bonne marche du contrat MARMON en 1993 (1.500 véhicules à rénover) pousse l’Etat-Major à confier à Limoges un contrat similaire pour le GBC 8KT. L’usine prend donc en charge la production de 5.600 GBC en collaboration avec la 12ème BSMAT de Neuvy Pailloux. Ces mêmes GBC reviennent à Limoges depuis 2014 dans le cadre d’un contrat de MCO.

En 1995, l’Armée française allonge la durée de vie du VAB jusqu’en 2020. Limoges se voit alors confier un marché de fiabilisation du freinage puis une modernisation complète du Véhicule. 2.500 VAB seront rétrofités à Limoges.

Entre 2007 et 2010, la gamme de véhicules militaires de RENAULT TRUCKS Défense évolue pour répondre à une demande client de plus en plus spécifique et se positionner sur de nouveaux marchés à l’export. Limoges se réorganise pour passer à une activité multi produits, et l’outil industriel est totalement transformé.

Comment fonctionne le centre de production aujourd'hui ?

Les lignes de montage sont aujourd’hui capables de s’adapter à la flexibilité des marchés et des produits, tout en intégrant constamment l’évolution des techniques industrielles et des technologies. L’activité du site se concentre aujourd’hui sur la production de la gamme Sherpa Light, qui a vu le jour à Limoges, mais aussi du VAB Mk3, ainsi que d’éléments du VBMR Griffon.

L’usine de Limoges est aujourd’hui un acteur essentiel du bassin économique limougeaud, partie intégrante du paysage industriel depuis 80 ans, mais également de la Défense terrestre toute entière. Elle porte le poids de 80 ans d’Histoire, 80 ans de défis techniques à relever, d’organisations industrielles à mettre en place pour servir les armes de la France. Elle représente également 80 ans d’histoires humaines, celles des équipes qui ont conçu, pensé, produit ou soutenu les matériels les plus emblématiques qui ont équipé les forces. Limoges est un site fait d’hommes et de femmes, qui ont construit ce site et continuent à le construire.

Avec 400 salariés aujourd’hui, un effectif jamais atteint dans la configuration moderne du site, et son organisation industrielle en constante évolution, le centre de production de véhicules militaires de Limoges est au cœur des programmes d’ARQUUS, aux côtés de l’Armée de Terre dans ses défis de demain.