L’innovation au cœur de notre ADN

L’innovation au cœur de notre ADN

Pour préparer l’avenir, nous adapter aux futurs besoins et aux conflits qui changent de nature, nous innovons et plaçons la R et D au cœur de notre stratégie. Avec, pour priorités, la lutte contre l’embonpoint de nos véhicules, l’amélioration de leur autonomie, leur électrification et leur protection face aux nouvelles menaces. Nous incarnons ces ambitions à travers la devise « Qui ose gagne ».

La R&D, une priorité centenaire

Depuis plus d’un siècle, nous fournissons des dizaines de milliers de véhicules de tous types aux forces françaises et à des dizaines de gouvernements sur les 5 continents. De la voiture d’état-major Panhard modèle 1897 aux futurs VBMR Griffon et EBRC Jaguar du programme Scorpion, nous avons su nous adapter à un monde en constante évolution pour imaginer et créer les véhicules de demain.

Aujourd’hui encore, les défis à relever dans le domaine de la défense sont immenses. C’est pourquoi Arquus consacre environ 4 % de son chiffre d'affaires à la R&D (soit environ 20 millions d'euros), dont 10% sont investis en Recherche & innovation. Hors production, 25 de nos collaborateurs se consacrent à temps plein à la R&D. Notre stratégie d’innovation s’articule autour des transmissions électriques ou hydrides, de l’architecture logicielle, de l’automatisation et de la robotisation ou encore de la connectivité des plateformes. Avec des axes forts concernant les véhicules :


  •  lutter contre leur embonpoint,
  •  améliorer leur autonomie,
  •  développer leur électrification,
  •  renforcer la protection face aux nouvelles menaces…

L’innovation « frugale »

Pour proposer des solutions robustes, fiables, performantes et à des coûts de développement, d’acquisition et de soutien maîtrisés, Arquus pratique l’innovation frugale : nous nous appuyons sur des technologies ou innovations civiles ou sur étagère que nous adaptons aux besoins militaires. Pour cela, nous prenons systématiquement en compte le REtour d’EXpérience (RETEX) des matériels en service et identifions, avec nos clients, les nouvelles demandes du marché et les besoins de demain.

Projet Scorpion : les véhicules de l’armée française de demain

« Scorpion sera l’épine dorsale du combat terrestre pour les prochaines décennies. »

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense

Avec Scorpion (pour Synergie du COntact Renforcée par la Polyvalence et l’InfovalorisatiON), nous concevons désormais les véhicules de l’armée française de demain. Ce projet poursuit deux objectifs :

  •  renouveler les capacités du combat de contact autour de 2 véhicules blindés : Griffon et Jaguar,
  •  créer un système d'information et de communication unique : le SICS (Système d’Information et de Combat de Scorpion).


Vers une mobilité de défense terrestre hybride automatisée et connectée

Nous avons pour ambition de devenir la référence mondiale en matière de mobilité de défense terrestre hybride automatisée et connectée. Pour cela, notre Groupe développe de nouvelles technologies de transmission électriques ou hydrides, qui seront intégrées à la prochaine génération de blindés de reconnaissance et de combat et de véhicules logistiques. Nos engins seront ainsi plus économes en énergie et donc plus durables sur le terrain.

Le VAB Electer, transport nouvelle génération

Le VAB Electer en est une éclatante illustration. Ce véhicule de transport nouvelle génération a d’ores-et-déjà réalisé 5 000 km d’essais en 18 mois (dont 800 km sur sable) sans aucune panne ! Un succès qui témoigne de sa fiabilité, de sa robustesse et de sa performance.

En quête permanente d’innovations, Arquus mène en parallèle des recherches sur les piles à hydrogène, en partenariat avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

La protection des équipages, une priorité

Afin de garantir performance, sécurité d’emploi et maîtrise des coûts, nous développons et intégrons nos propres solutions de protection balistiques, métalliques et composites.

De nouvelles solutions en cours d’études

Très engagés dans ce domaine en Recherche et Innovation avec, notamment, le développement d’outils de simulation numérique, nous mettons au point des solutions plus légères, plus performantes et capables de répondre aux nouvelles menaces – comme l’explosion d’Engins Explosifs Improvisés (EEI) – sans pénaliser l’opérabilité des véhicules. À ce titre, nous multiplions les études et partenariats ciblés dans le domaine de la recherche, et notamment :

  • dans le domaine des matériaux métalliques et composites,
  • dans le domaine des nouveaux procédés de fabrication (soudage FSW, impression 3D…),
  • dans la recherche de solutions de structures anti-blast novatrices,
  • dans l’amélioration et la recherche de nouvelles solutions d’assemblage de nos coques blindées,
  • dans la recherche de solutions de découplage visant à garantir la survie des occupants d’un véhicule soumis aux accélérations brutales d’un blast mine ou EEI. Une partie de nos véhicules est déjà équipée de nos solutions de sièges anti-mines : Bastion, VAB MKIII, Sherpa L, Higuard…

Optimiser l’intégration des systèmes électroniques

L’évolution technologique du secteur nécessite l’embarquement, au sein des véhicules, d’équipements et de systèmes électroniques (systèmes de conduite, de protection, d’arme, de surveillance…) de plus en plus nombreux et connectés avec l’extérieur. Afin d’optimiser l’intégration de ces systèmes et leurs interactions, nous développons des solutions ouvertes, standardisées et éprouvées, pour un coût d’acquisition réduit et avec la possibilité d’une évolution modulaire. Le système Battlenet est un exemple de ces architectures électroniques innovantes car il permet de mettre en réseau du véhicule. Cette offre vétronique entièrement modulable garantit la facilité d'utilisation de l’interface homme-machine.


L’autonomisation des plateformes

Nous avons une conviction : dans les années à venir, les opérations militaires seront de plus en plus automatisées, afin de faire courir le moins de risques possibles aux femmes et aux hommes qui combattent. Nous devons ainsi être capables de proposer des systèmes télé-opérés ou autonomes à haute valeur ajoutée en combinant des satellites, des drones et de l'intelligence artificielle. À ce titre, nous collaborons et animons une « task force » composée de deux laboratoires publics, le BRGM pour la géologie et l'Onera pour le domaine aéronautique, et de deux entreprises privées : CAR&D pour la simulation dynamique des véhicules en tout terrain et Magellium pour la géo-information.

Des véhicules télé-opérés

Arquus développe les briques technologiques pour rendre ses véhicules télé-opérables, radio ou filo guidés, et éloigner ainsi au maximum les opérateurs du danger, lorsque la situation le nécessite. Notre technologie permet de rendre le véhicule standard télé-opérable de façon native, en l’équipant d’actuateurs autorisant le pilotage à distance.

Un kit composé de caméras, d’un système de communication et d’une console de commande permet à l’opérateur de piloter son véhicule au-delà de la vue directe, tout en maintenant la fonction première du véhicule. Cette technologie permet de télé-opérer le véhicule à plusieurs km de distance.

Des convois de véhicules autonomes

Les opérations extérieures nécessitent souvent de longs roulages en convoi, avec tous les risques liés à la présence de pilotes n’étant pas en mesure de combattre. Les convois logistiques étant une cible privilégiée dans les conflits actuels, la tendance est à la protection de ces véhicules. Mais celle-ci leur fait perdre jusqu’à 30 % de leur charge utile.

Le développement de convois autonomes apparaît donc comme une solution prometteuse. Le roulage en convoi (platooning) est aujourd’hui à l’étude essentiellement sur des véhicules civils. Et les solutions envisagées (infrastructures routières connectées, cartographie GPS précise…) ne sont pas adaptées à une utilisation militaire. Nous avons donc réalisé, sur fonds propres, une étude et une pré-qualification d’un concept de roulage en convoi indépendant de l’environnement et ne nécessitant pas de couverture GPS.

Le premier véhicule, hautement protégé, est piloté. Les autres, sans pilote, réalisent une recopie de la trajectoire du véhicule pilote, uniquement par mesure des positions des véhicules les uns par rapport aux autres. Une technologie prometteuse.